Back to Posts

Quand les escrocs africains décident de faire payer aux blancs leur dette de colonisation

Auteur: Semilien LOUISIUS

Quand les escrocs africains décident de faire payer aux blancs leur dette de colonisation

Avec l'évolution de la technologie d'information et de la communication (TIC) vers la dernière décennie du XXe siècle,le développement  de l' internet et du web 2.0,  le nombre   d'arnaqueurs ou d'escrocs du web ne cesse d'accroître dans le monde.

Si pour le philosophe français Jean Baudrillard  l'intelligence artificielle est sans  intelligence, les cyber-escrocs africains ne sont pas de son avis car pour eux c'est une ère nouvelle  qui s'ouvre, avec l'accès facile aux bases de données, les réseaux sociaux et des logiciels  de retouches photos, vidéos pour faire payer aux Européens leur dette de colonisation et de la traite négrière.

Selon des plaintes déposées  à la division du crime informatique du Bureau fédéral américain d'investigation (FBI) et d'autres organismes  spécialisés dans la lutte contre la cybercriminalité, le continent africain est considéré comme  le paradis des cybercriminels. Malgré un matériel peu sophistiqué, des pays africains tels  la Côte d'Ivoire, le Nigéria, le Ghana,le Sénégal , le Bénin, le Togo,le Burkina Faso et le Cameroun sont constamment  présents sur la liste noire de ces organismes.

Le Nigéria  à lui seul concentre 7.5% des cybercriminels à l'échelle mondiale. L'escroquerie  en ligne au Nigéria est appelée "scam 419 ou arnaque nigériane". Cela se présente généralement sous forme d'un courriel dans lequel une personne affirme posséder une somme d'argent provenant d'un héritage  ou d'un fond placé à  l'étranger suite à un décès ou un changement de contexte politique. L'arnaqueur demande alors de l'aide pour effectuer un transfert d'argent. Si la victime accepte, on lui demande d'avancer une somme destinée à  couvrir les frais imaginaire du transfert avant que celui soit effectif. Bien entendu, ce transfert n'aura jamais lieu.

À Abijan, une ville du littoral atlantique sud de la Côte d'Ivoire,  les arnaqueurs sont considérés comme des Robins des bois. Dans les cybercafés, on les surnomme  les "Brouteurs". Leur mode d' opératoire est très rodé. Ils s'infiltrent dans des sites de rencontre sous un faux profil.  Mots doux,déclarations d'amour enflammées et quelques photos truquées suffisent souvent à ferrer la proie. Surnommée  "Mugu, ou pigeon" par les Ivoiriens, la victime aveuglée est poussée à s'exhiber devant une webcam pour séduire son soi-disant partenaire à l'autre bout du monde. La scène enregistrée par le prédateur  et le chantage commence...

Au Ghana, comme dans les autres pays africains susmentionnés "les cybercriminels" utilisent les mêmes techniques "Love chat, transfert d'argent, loterie, bourses d'études dans de prestigieuses universités , offres d'emplois..." pour atteindre leurs cibles.

Selon les données dont disposent les organismes de lutte contre cette pratique,les personnes les plus vulnérables face  à ces attaques électroniques  sont souvent les Européens, les Indiens et les Américains, selon les Robins des bois africains du l'ère web 2.0. Il font payer aux blancs leur dette pour la colonisation et de la traite négrière. D'après la direction informatique du ministère de l'intérieur ivoirien, environ une centaine de plaintes pour escroquerie est déposée chaque semaine.

Valdie St Hilaire, une victime d'une escroquerie sur Facebook en automne 2018, avoue avoir perdu plus de sept cent cinquante dollars américains qu'elle avait envoyé à un escroc sans pour autant le savoir pour couvrir les frais de dossier d'une bourse d'étude obtenu  à University Of Alberta au Canada. Selon ses dires, les  cybercriminels ne sont pas seulement des arnaqueurs électroniques mais des psychologues. "Ils savent où frapper, quand frapper et comment frapper" a t-elle souligné.

À l'heure où la technologie  de l'information et de la communication  touche  son apogée, comment contourner les pièges des escrocs déterminés à faire du fric ?

Read Next

La chapelle de Milot détruite,coup dur pour le patrimoine haïtien