Back to Posts

L'éjaculation précoce, le malheur commun des hommes

Auteur : Semilien LOUISIUS

L'éjaculation précoce, le malheur commun des hommes

Bien qu'elle n'ait pas une définition standard, The international Society for Sexual Medecine (ISSM), considère l'éjaculation précoce comme étant une dysfonction sexuelle caractérisée par une éjaculation qui a lieu entre 30  à 120 secondes après la pénétration vaginale ou avant. Si on fait confiance aux experts, ce trouble sexuel toucherait environ 30 à 39% des hommes (particulièrement les jeunes), soit un homme sur quatre.

Selon le sondage d'un site de rencontre qui voulait  avoir l'opinion de ses internautes sur la durée d'un rapport sexuel accompli, femmes et hommes se sont mis d'accord sur environ 25 minutes. Évidemment, c'est un chiffre bien au dessus de la moyenne, pourvue que  certains sexologues pensent que  la durée moyenne d'une relation sexuelle varie entre 4 à 5 minutes.

Selon Dr Manericot Felix, spécialiste en urologie, il existe 6 types d'éjaculateur précoce. En premier lieu, les éjaculateurs précoces à forte  libido.  Ce groupe concerne les garçons qui ne s'intéressent qu'à leur propre satisfaction. Le deuxième type regroupe les éjaculateurs précoces fusionnelles. Ils sont très sensibles aux contacts physiques et  sont souvent très amoureux. Un simple frottement leur suffit pour  atteindre l'orgasme. En troisième position, l'on retrouve ceux qui sont  précoces anti-fusionnelles. Ces derniers  sont l'inverse des précédents. Le quatrième groupe d'éjaculateurs précoces sont les éjaculateurs précoces hétéro centrés.  Cet ordre concorde les hommes qui sont très centrés sur leur partenaire pendant l'activité sexuelle. Encore, le docteur Félix avance que le cinquième type d'éjaculateurs précoces regroupe les éjaculateurs précoces dite secondaires qui  réunit les hommes qui auparavant  pouvaient contrôler leur orgasme et ne le peut plus  (ils sont souvent affectés par le stress quotidien). Enfin, les éjaculateurs précoces prématurés.

L'éjaculation précoce n'est une fatalité  mais un trouble physiologique poursuit le spécialiste, qui encourage  les personnes atteintes de ce trouble à trouver un moyen pouvant, selon lui contrôler leur excitation sexuelle et retarder leur éjaculation afin de satisfaire leur partenaire.

"Les impacts physiologiques d'éjaculation précoce dépendent du concerné" confirme monsieur Félix, qui toutefois estime qu'elle peut toujours engendrer un phénomène appelé angoisse de performance, une peur bleue avant les rapports sexuels et même  une incidence négative sur la personnalité de l'ejaculateur précoce entre autres.‌‌ Certains médicaments ont le pouvoir de ralentir le réflexe d'éjaculation précoce en bloquant la transmission des flux nerveux dans le gland du pénis et réduire ainsi la sensibilité. Mais depuis avril 2013, la dapoxetine commercialisée sur le nom de PRILIGY participe activement dans le traitement de ce trouble chez les hommes entre 18 à 64 ans selon les informations recueillies sur le site doctissimo.fr

Par ailleurs, plusieurs spécialistes en sexologie prônent des techniques naturelles comme start and go, la technique belle mère, Stop and Go, la pression sur le pénis... , qui selon eux peuvent aider à la communauté masculine dans cette calamité.

Interviewés  par la rédaction de Entretien 2000, plusieurs jeunes garçons âgés de 18 à 30 ans n' ont pas caché leurs adversités sexuelles et disent ne pas savoir à quel saint se vouer pour échapper à ce phénomène.

Éjaculation précoce, cela t'es déjà arrivé au moins une fois ?

« Wi sa konn rive mwen jwi anvan mwen fè penetrasyon. Pafwa se pandan  m ap fè lanmou, mwen twò sou sa epi mwen choute deyò», a fait savoir Mathias Merzier, étudiant en calligraphie. L'éjaculation précoce est une véritable déception. Certaines fois, on essaie de rattraper son coup mais  ça ne fait que s'aggraver car mentalement on est vulnérable, avance monsieur Merzier, qui pense à  la technique belle mère. Celle-ci, consistant à penser à autres choses moins excitant pendant l'activité sexuelle, peut aider à résoudre ce qu'il considère comme le malheur commun des hommes.

« Sa rive m plizyè fwa, pafwa mwen konn ap mete kapòt epi  mwen ejakile, lè m resi fè 2 minit se yon eksplwa», avoue Ricot Lebrun. Autrefois, j'utilisais des stimulants sexuels pour garder le rythme, poursuit monsieur Lebrun, qui encourage les personnes atteintes d'éjaculation précoce à consommer des aliments riches en fer, zinc et les encourage à chasser le stress avant les rapports sexuels afin, dit-il, d'éviter de tomber sur le joug de ce fléau.

Richardson Boursiquot, Herbyson Jean Charles et Mike Kopel, tous victimes une ou plusieurs fois d'orgasme non désirée, ont confié à la rédaction qu'ils sont souvent obligés de recourir à des‌‌ stimulants (bandil, sos pwa...),  des boissons énergisantes, des tisanes (bwa kochon, lyann bande, zo devan...) et les  techniques naturelles  pour échapper aux critiques assourdissantes de leurs partenaires. Monsieur Jean Charles, qui estime que l'éjaculation précoce est une honte, admet qu'il utilise souvent des ruses pour défendre  son incapacité à satisfaire sexuellement  sa partenaire. Pour sa part monsieur Boursiquot, explique qu'il s'appuie fréquemment sur le l'anxiété, la fatigue entres autres pour se justifier après une défaite.

Les femmes et l'éjaculation précoce

Dachemine Antoine, une étudiante en animation radiophonique juge qu'il est inadmissible qu'un homme éjacule aux simples frottements avant la pénétration. « Sa ap deranje m totalman  antanke fi si m ap fè lanmou ak yon gason li voye epi li kite m ak tout anvi an», a déclaré madame Antoine. Toutefois, elle admet que certaines fois l'éjaculation précoce est dûe à la montée d'adrénaline lors des rapports sexuels.

Neika Echeda Exumé, avoue avoir connu des hommes souffrants de ce trouble. « Je n'ai  aucun problème avec les éjaculateurs précoces mais ils doivent reconnaître leur  faiblesse et trouver un moyen pour que je jouisse après l'éjaculation», soutient-elle.

« Mwen pa bezwen konnen si moun lan dire ou non fok li satisfè m janm vle l la », témoigne une jeune fille de 21ans qui veut garder l'anonymat. «C'est égocentrique de se satisfaire et laisser sa partenaire dans le besoin », a t-elle conclut. Bianca Espérance pour sa part souligne qu'elle ne saurait en aucun cas accepter 120 secondes d'un homme pendant un rapport sexuel.

Pourrait-on vivre avec ce mal qui gâche souvent les relations sexuelles ?

L'éjaculation précoce est-ce une cause perdue d'avance ?

Pourquoi reste t-elle encore taboue en 2020 ?

Read Next

LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE L'ÉDUCATION