Back to Posts

Pourquoi les femmes sont mal vues dans la conquête de la séduction ?

Auteur: Jephte Pascal Jr ESTIVERNE

Pourquoi les femmes sont mal vues dans la conquête de la séduction ?

Il pleut depuis la genèse de notre histoire des contradictions diverses sur les rapports humains plus précisément dans les relations homme-femme. Chez nous, la tradition se veut rigoureuse en obligeant les hommes à faire le premier pas et en maudissant de tous les noms les braves dames qui osent s'y aventurer. Est-ce une cour réservée exclusivement aux mâles ? Est-ce la charpente d'une société patriarcale ? Pourquoi est-il mal vu qu'une femme se lance dans la conquête de séduction ?

Dans une société sans plus ni moins sexiste, où les hommes sont maîtres de foyers, à qui revient le droit de signature sur tout, il demeure incertain que la vue d'une femme se lançant à la chasse d'un homme ne soit pas controversée. À la rencontre des gens, à la poursuite du réel de la vie, la rédaction de Entretien 2000 a déniché un trésor : Des confidences et avis sur ce vibrant sujet, d'où la vraie perception de cette pratique sur la terre Louverturienne. « C'est une idéologie esclavagiste qui préconise le privilège des hommes. Ils s'offrent même le droit de nous tromper comme ça leur chante, alors qu'ils nous lapident pour le même délit. Je trouve pathétique cette façon de voir les choses» nous a confié Tara, une jeune célibataire.

« J'estime que dans notre culture les mâles sont dominants. Lorsqu'un homme se fait courtiser, il est surpris. Ajouter à cela, le problème d'éducation auquel nous sommes confronté fait que les hommes sont difficiles à digérer l'acte courageux que dissimule une déclaration d'amour de la part d'une femme » nous explique Ketia. «Allumeuse ou autres noms sont réservés à ce genre de filles en guise de dénigrement. Ce qui fait que les filles y repensent à plusieurs fois avant une tentative d'aveu » poursuit-elle.

Même lorsque la commande leur est confiée, les femmes ne sont pas mieux : « Il faut aussi mettre l'accent sur l'inégalité et l'intolérance. La société n'admet pas l'égalité homme-femme. J'ai l'habitude d'avoir plus d'une cinquantaine de garçons sous ma direction lors du match qui refusent de se plier à mes ordres. Ils pensent que la femme est simplement faite pour le foyer » avance l'arbitre habituée à la désobéissance virile des hommes. « Pis est, l'homme refuse de se faire entretenir par une femme même s'il est au chômage, la femme est considérée comme un être inférieur » finit-elle. Comment faire quand les présuppositions veulent tout réduire à la supériorité de l'homme ? Que pense-t-on de l'homme ayant besoin d'une femme pour subvenir à ses besoins ? Le débat n'est jamais clos.

« Ce peuple est un produit de l'esclavage. Accommodé à système religieux qui réduisait la femme à rien, la femme n'a jamais eu le droit de décider de son destin. Le monde a bien évolué depuis, autre part on lutte pour l'orientation sexuelle mais ici l'égalité de genre reste un sujet tabou » argue Derli. « On n'est pas en mesure de différencier genre et sexe. Dès l'école maternelle, les garçons sont forcés de mener les filles par le bout du nez. Même les bonnes notes d'une fille peuvent susciter la foudre d'autrui contre les garçons » poursuit le féministe invétéré.

Il va plus loin pour nous expliquer le fonctionnement des organes de défense de la gent féminine : « Sur le plan organisationnel politique ou étatique, il est des organisations tel que le Ministère à la condition féminine qui met l'accent sur la faiblesse des femmes. Le ministère est mal orienté, il ne devrait pas favoriser les femmes à l'encontre des hommes, il devrait plutôt les canaliser vers une justice pour des cas de viol ou de maltraitance conjugale. Néanmoins, elles se font même abuser par leurs consœurs, d'autres sont poussées vers le lesbianisme » lâche-t-il.

Il existe des balises qui empêchent de voir d'un bon œil cette pratique, elle courra un risque à chaque essai. « La société sera équilibrée le jour où la femme se sentira libre et heureuse de faire l'amour avec 5 partenaires distincts et d'être appréciée. Dans le cas contraire, elle sera continuellement traitée de prostituée » conclut-il.

Il semble aussi que le problème n'est aperçu que du côté de la jeunesse, c'est ce que la rumeur fait croire du moins. Cette société machiste zigouille les rêves d'une femme qui veut tout mettre en œuvre pour attirer quelqu'un dans ses filets. Est-ce seulement les hommes qui ont le droit d'avoir de l'attirance ? Et si les femmes peuvent en avoir, pourquoi devraient-elles faire obstacle au dévoilement de leurs ressentis ? Par souci d'émancipation, certaines femmes se sont déjà lancées, bien que la majorité demeure apeurée par cette logique.

Autrefois, elles ne se livraient qu'à des gestes et signaux désespérés dans l'espoir de séduire l'être aimé, mais il fallut du temps pour faire face aux interdits. « Dès le début, la femme n'a jamais eu trop d'importance aux yeux des autres. Avec le temps elles sont devenues des êtres susceptibles de se protéger. Malgré l'émancipation des femmes ailleurs qu'ici, les mœurs ne sont pas mises à jour, on n'est assez ouverts d'esprit pour voir la normalité de la séduction d'une femme. Ça viendra, notre société devra l'accepter un jour où l'autre puisque l'homosexualité commence à s'y tailler une place » commente Steph.

Quelle est la première raison poussant à un homme à vouloir conquérir une femme ? Pour plus d'une, ce n'est autre que le brûlant désir de jouir des charmes de celle-ci. Pour être plus précis, l'appareil à deux tranches est le seul mobile de la conquête et non l'amour, cette hypnose qui fait pétiller les paupières, par conséquent l'amour peut avoir lieu après maintes rencontres et tout ce qui va avec. En sus, ils veulent davantage de partenaires sexuels au fil du temps.

Si l'on se fie aux dires de Witz, ancienne adepte de l'amour, pour une fille, garder ses sentiments secrets c'est donner un peu plus de valeur. « Les hommes ont des idées préconçues des filles qui sont assez braves pour les courtiser. On connaît tous le jugement alourdissant les épaules des filles en ce qui concerne le sexe. Le pire c'est que même dans les relations amoureuses les filles ont peur de demander à leur copain de leur faire l'amour même si elles en ont gravement envie » nous fait remarquer Witz. En conséquence, la fameuse phrase "Cheri m anvi w" s'avère être un péché mignon pour les filles.

On nous l'a appris, c'est ancré en nous, peut-être à notre insu, la chasse aux relations amoureuses ou sexuelles relève du pouvoir des hommes. Cependant, rien ne doit se faire à sens unique, ose croire l'une des plus courageuses: « Un homme peut ressentir ou dégager des choses, je crois que ce n'est pas différent pour une femme. La séduction d'une femme serait chose normale n'était-ce pas l'éducation qu'on nous donne à la base vis à vis de l'amour » rétorque Chris.

En attendant le vent torride de la révolte, qui devra d'ailleurs être soufflé par les femmes elles-mêmes, pour abattre le tronc de l'arbre de l'intolérance, du sexisme ou du dénigrement de cet être si valeureux qu'est la femme, on ne sait combien de temps durera le périple des hommes. Mais elles ont l'œil, la rage, la hargne, n'en parlons pas pour l'envie, le temps se chargera du reste.

Read Next

Amour au XXIe siècle, offrir des fleurs au banc des accusés