Back to Posts

La presse, ne devient-elle pas le chouchou des gouvernements?

Auteur : Richardson Boursiquot

La presse, ne devient-elle pas le chouchou des gouvernements?

Perçue comme un système démocratique de s'exprimer, d'opiner, d'agir librement avec principe sur plusieurs formes, la presse grâce à
une bataille historique, la libre communication des pensées et des opinions est devenu désormais un des droits les plus précieux dont dispose l'homme" qui est stipulé dans la déclaration des droits de l'homme qui dispose aussi la protection de la liberté de la presse.

Tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. Comment fonctionne la presse ? Pourrait-elle parler de  tout?

En tant que jeune, nous sommes étouffés par la politique qui ne laisse que la trace des bandits, des vauriens, des tueurs à gage, des incompétents, la presse et la politique actuelle sont les premiers moyens du sous-développement d'Haïti.

Après maintes enquêtes réalisées sur des rapports du Pétro-Caribe en premier lieu, des manifestations partout en plus,  le tiers des médias  sont restés à côté malgré les dégâts des PetroChallenger. Dans ce rapport, le nom des phtkistes sont mentionnés, le secteur privé et bien d'autres. Rien que  pour expliquer les actes frauduleux qui seraient à la base du silence des medias préférant fermer les yeux sur la situation du pays. Il y a ceux qui dénoncent et ceux qui annoncent.
Que devons-nous croire?
Nous sommes tous dans le doute, une minorité de la population connait vraiment la vérité.
Des politiciens corrompus sont encore à la tête du pouvoir, des actes inattendus seraient venus du pouvoir, des affaires de gang. Des hommes de presse sont encore enfermés dans leurs studios, la main sous la table, la politique déforme la presse.
Qu'attendons-nous pour   commencer  la révolte sachant qu'un petit groupe de personnes retiennent  le pays en otage.
Ne voudrons-nous pas avoir une vie meilleure?

L'homme considère la liberté de la presse comme une composition de la liberté d'expression,  la protection des sources d'information des journalistes, sans exceptions ni restrictions  considérées comme l'une des pierres angulaires de la liberté de la presse. Souvent confondue avec le secret professionnel, elle s'en distingue pourtant fondamentalement et n'est pas assurée de manière uniforme dans tous les pays industrialisés. La presse d'aujourd'hui perd-t-elle sa valeur ? La presse ou L'argent ? La presse ou L'homme derrière le micro?
Les atteintes à la liberté de la presse se manifestent d'une part par l'entrave au pluralisme et l'indépendance des rédactions, notamment la concentration des médias par de grands groupes industriels, les pressions fiscales, les pressions financières, les pressions politiques. D'autre part, par l'entrave au métier de journalisme, atteinte à la vie et à la sécurité  notamment l'assassinat et l'emprisonnement de journalistes.

Le journaliste choisit librement d'accepter le code moral qui fixe les droits mais surtout les devoirs, mais est aussi appelé  charte de Munich, et s'inscrit dans les contraintes d'une très relative indépendance des rédactions. Le directeur de publication a en effet le plein pouvoir pour modifier à sa guise les articles. La charte de Munich, rédigée en 1971, fixant à la profession dix devoirs fondamentaux et cinq droits, elle a été signée par les principaux syndicats de journalistes français.

À ces effets, on finit par croire que "la presse devient justement le chouchou du gouvernement actuel" ce qui n'est pas sans conséquence sur l'éthique de cette noble profession et attaque brutalement la déontologie même du journalisme.

Read Next

Cérémonie du bois caïman, à quel dieu Boukman s'est-il adressé ?