Back to Posts

La dépigmentation volontaire, est-ce une question d'acceptation de la supériorité des blancs

Auteur : Beethens FRÉDÉRIQUE

La dépigmentation volontaire, est-ce une question d'acceptation de la supériorité des blancs ?

La semaine nationale du dépistage du cancer de la peau est une opération de santé publique crée en 1998, parrainée par le ministère de la Santé du pays en question. Celle-ci se tient pour l'année 2020 du 11 au 15 Mai. Cette semaine se déroule autour de consultations, de dépistages gratuits et anonymes assurés volontairement par des dermatologues tout en sensibilisant l'ensemble de la population sur les mesures de prévention concernant l'exposition aux UV qu'ils soient naturels ou artificiels.

Bien quand-même, au beau milieu du XXIe siècle, nombreux sont les gens qui utilisent des cosmétiques, souvent de piètre qualité, pour s'éclaircir la peau.  Ce phénomène dénominé  dépigmentation volontaire (DV) est très répandu dans plusieurs pays du monde et Haïti en fait bel et bien partie. Les stéréotypes qui, depuis l'esclavage, font croire que la beauté idéale est celle des Caucasiens et des Caucasiennes semblent être bien l'un des principaux motifs et certains auteurs arrivent même à affirmer que le préjugé de couleur reste d'actualité car pour les occidentaux les blancs se différencient des noirs par leur beauté, leur puissance morale et intellectuelle. Ce qui ironiquement stimule certaines personnes noires, femmes ou hommes, à développer un sentiment d'inadéquation esthétique. Des anecdotes fallacieuses qui poussent davantage plus de gens à s'immiscer dans cette pratique et les femmes noires font pour la plupart face à une véritable pression sociale : la plupart des hommes s'intéressent plus aux peaux claires. D'un autre côté, les publicités pour cosmétiques qui visent à éclaircir la peau ne manquent pas mais ces produits auraient-ils réellement des résultats bénéfiques ?

En effet, chez nous, en Haïti, tout semble être aussi question d'ignorance de nos consoeurs et nos confrères  car la peau des noirs est plus apte à faire face aux UV ; ses cellules, les mélanocytes, produisent huit fois plus de mélanine que chez les blancs et elle est libérée plus haut, dans les cellules de la kératine. Tous, ou presque, les produits utilisés pour s'éclaircir la peau sont à base d'hydroquinone, un agent chimique réputé cancérigène. L'hydroquinone agit directement sur les cellules qui synthétisent la mélanine (les mélanocytes se trouvant dans les deux premières couches de la peau), bloque leur synthèse et les cellules peuvent être détruites à hautes doses. En absence de mélanocytes, la peau ne peut plus faire face aux UV, se ride, vieillit plus vite et peut développer plus facilement des tumeurs.

Il résulte que dans la tête de certains Haïtiens l'anecdote spécieuse de supériorité des blancs par rapport aux noirs est entièrement acceptée mais la dépigmentation volontaire (DV) à l'aide des cosmétiques éclaircissants, à part procurer une sensation de bien-être téméraire, ne peut nullement transformer une personne noire en une blanche. Durant cette semaine nationale du dépistage du cancer de la peau, bien que le ministère de la Santé semble être passif à ce sujet, il serait nécessaire de rappeler à tous que les propriétés principales de la peau resteront les mêmes et que les maladies peuvent atteindre n'importe quelle peau qu'elle soit « noire » ou « blanche ».
Par là,devrait-on continuer à  se dépigmenter?

Read Next

Le monde bouleversé, des espèces menacées,à quoi s'attendre?