Back to Posts

«Jose Judnie Honoré, honorée première voix de « Mille et une voix de la lecture »

Auteure: Salia Edouard

«Jose Judnie Honoré, honorée première voix de « Mille et une voix de la lecture »

Cette année, c'est autour du thème « Mille et une voix de la lecture » que la deuxième édition du concours Prix PEPA s'est tenue. Jose Judnie Honoré est sacrée première des cent-quinze postulants.

Ayant à sa tête Géraldine Pépé,PEPA Education Agency est cette structure qui œuvre dans l'éducation en Haïti depuis quelques années. Parmi toutes les activités dans lesquelles ladite agence s'investit, les ateliers de lecture en font grandement partie. D'où l'initiative du concours, lequel vise à honorer les jeunes qui font de la lecture leur passion. En dépit du fait que cette pratique qui est pour Montesquieu le souverain remède contre les dégoûts de la vie se fait de plus en plus rare chez les jeunes d'aujourd’hui, la PDG avoue n'avoir eu aucun doute de l'organisation d'un tel concours parce que PEPA a déjà travaillé avec des jeunes.

Prix PEPA a réuni cette année des jeunes venant de neuf (9) département du pays âgés de dix-huit à vingt-trois ans. Ce concours qui a connu quatre phases n'a vu en finale que six jeunes : Guerlande Dieurilus, Thamar Elias, Bens Monra Lovens Lafrance, Wendie Étienne, Germanie Fieffé et Jose Judnie Honoré. De cette équipe, trois gagnantes sont sorties : Wendie Étienne, Germanie Fieffé et Jose Judnie Honoré, celle qui a gagné le titre d'ambassadrice de la structure éducative pour une durée de douze mois. Un titre que l'étudiante en administration à l'INAGHEI a pu obtenir grâce à sa formule : volonté, courage, travail. Un prix qui veut dire aussi pour Mademoiselle Honoré qu'il existe malgré tout un faible reste capable de penser, capable de réfléchir. Capable d'accomplir de grandes choses, dirait-on. Il suffit de se construire, de développer ses capacités, de rêver grand et aussi d’oser, pour reprendre l'éducatrice Pépé et la dernière championne du concours.

Read Next

« Entre l'ignorance et le mépris, la dépression tue »