Back to Posts

Haïti, deux peuples sur un seul territoire

Auteur : John Gerald Stanley Mervil

Haïti, deux peuples sur un seul territoire

En cette période d'inquiétude, une grande partie de la population haïtienne marche de pair avec la mort au quotidien. Aussi étonnant que cela puisse paraître, le mois de décembre regorgeait d'activités notoires, qui sont très souvent bondées de gens. Face à cela et à ce message "la tradition continue, HANGOVER Tara's, le 1er janvier 2021" notre suspicion fut réaffirmée que pour une tierce partie, les choses n'avaient guère changé et suscitent du même coup notre questionnement sur les propos de ce tube " Ayiti pa m nan diferan". N'existe-t-il pas réellement deux Haïti, dans une seule Haïti ?

L'année 2020 a été sanguinaire pour une grande partie de la population, notamment pour ceux qui vivent dans les aires métropolitaines. Marquée par des exactions telles les maisons incendiées par des chefs de gang, les personnes tuées dans les rues. De plus, les enlèvements contre rançon représentent la goutte d'eau qui a fait renverser la vase. Elle a eu pour effet la phobie totale, l'Haïtien a peur de l'Haïtien, des parents attendent impatiemment le retour de leurs enfants partis pour l'école, et presque pour ne pas dire tout le monde est dans la frayeur à la vue d'une voiture aux vitres fumées. Les autorités et les grandes productions semblent faire fi de cette situation.

Et comme à l'accoutumée, les bals de fin d'année ou du nouvel an persistent. Aurait-on des raisons de les arrêter quand ils sont organisés pour des personnes spécifiques ? Ceux qui vivent dans l'autre "Haïti" (le premier ministre) puisque lors de l'investiture du directeur général a.i de la Police nationale d'Haïti (PNH) sa plus grande préoccupation était de ne pas pouvoir danser, « Tonymix, ti sourit à Village de Dieu ou à Grand- Ravine  ». Et à défaut de ne pas pouvoir le faire en ces lieux, il s'était trouvé un coin bien tranquille comme certains d'entre nous l'ont vu. Tant pis pour ceux et celles qui ne pouvaient pas.

Haïti, république d'inégalité

Avec la question d'inégalité qui bat son plein sur tout le territoire national, pour peindre un tableau discriminatoire ou inégalitaire, Haïti est le modèle parfait sur ce point. La grande majorité des habitants vivent au seuil de la pauvreté et avec un taux de chômage significatif. Un emploi reste un luxe dont certains ne peuvent que rêver et ceux qui en ont un, le font pour une modique somme et peine à joindre les deux bouts. Leur progéniture n'a toujours pas accès à une éducation adéquate, la place qu'occupe la santé reste à deviner dans un pays dit indépendant. Tandis qu'une partie vit dans le luxe, ne sait pas quoi manger, dans quel lit ou dans quelle maison dormir le soir, une autre partie passe des journées entières sans rien à mettre sous les dents, dort à même le sol et même à la belle étoile.

Donc, quand les deux chanteurs ont chanté que leur Haïti était différent par rapport à celle où la grande majorité vit dans la crasse, la misère, l'inégalité sociale sans parler de L'INSÉCURITÉ sur tous les aspects qui frappe de plein fouet leur quotidien, auraient-ils voulu faire comprendre aux "laisser pour compte" que leur situation ne leur préoccupait pas? Où qu'ils se fassent enlever ou pas, ils continueront à vivre pleinement leur vie?

Read Next

« Combattons jusqu'au dernier soupir pour l'indépendance» 217 ans plus tard, où sommes-nous ?