Back to Posts

Football: La lutte antiraciste dans le foot, une belle mascarade?

Auteur: Jepthe Pascal Junior Estiverne

À l'occasion de la 21ème journée  de la Liga Portugal, l'attaquant du FC Porto, Victor Marega, a décidé de quitter le terrain après avoir été la cible des cris de singe. Suite à cet incident survenu le 16 février 2020, il nous est venu à l'esprit l'idée de se remémorer des tristes heures qu'a connu le sport roi à cause du racisme.

On est en 2020, et le racisme bat son plein dans le monde du football. Moussa Marega est la dernière victime en dâte. Sur la pelouse de Vitoría Guimaraes, le joueur malien n'a pas été épargné  des critiques et des chants racistes. En signe de protestation, il a disposé du terrain en plein match (71'), geste jugé grossier par ses coéquipiers et son coach qui ne l'ont même pas soutenu. Résultat: il a même écopé d'un carton jaune.

Le racisme est ce phénomène qui ronge ce si beau sport et le prive de tout esprit de convivialité. Défendre ses origines et sa couleur de peau peut être mal vu, surtout lorsqu'il est question de fouler la pelouse du Cagliari. C'est pas Moïse Kean qui va nous dire le contraire: à la suite d'un but marqué pour la Juve, il a décidé de célébrer son but face au public de Cagliari qui l' a accueilli avec une pluie de huées. A l'époque, Leonardo Bonucci capitaine turinois, avait qualifié de provocateur le comportement du jeune Kean, sans pour autant blâmer les racistes pourris. Le pire c'est que les protagonistes du racisme sont toujours soutenus par quelques ignards ou racistes intrinsèques.

La campagne #NoToRacism prônée depuis quelques années par l'UEFA et la FIFA ne fait que s'immerger au fil du temps. A Cagliari, Blaise Matuidi ou Romelu Lukaku (en septembre dernier) ont aussi subi cette loi. Auparavant, toujours en Italie, Mario Balotelli et Kevin-Prince Boateng avaient pété les plombs pour cette même cause en lançant le ballon dans les tribunes pour dénoncer ce genre d'humiliation, quelques années plus tard rien n'a changé. Victime à outrance, Super Mario avait déclaré: “Je n'ai aucun problème contre les singes. Un singe est beaucoup plus intelligent qu'un raciste”.

Et comme si les noirs n'ont pas leur place dans le football. Comme si les sanctions prises contre les clans racistes (matchs à huit clos par exemple) n'avaient servi à rien. Le racisme reste et demeure le phénomène à éradiquer dans le milieu footballistique. Ce fléau nous dépasse t-il vraiment?