Back to Posts

« Femme forte, frappe plus fort » une grande première pour le Salon des positifs

Auteur: John Gerald Stanley Mervil

« Femme forte, frappe plus fort » une grande première pour le Salon des positifs

Les locaux de Maurice communication ont été témoin de la grande conférence organisée par le Salon des positifs ce lundi 08 mars 2021 où plusieurs figures emblématiques féminines étaient au rendez-vous en présidentiel ou en direct, notamment Monolissa FERRARI, Rachel Richard MAURICE, Saïda PAULE, Nachalie FLEURIMON, Myrlande JOHNSON, Fabiola LAURENT, Minouche SÉNEPHARD, Bergelore SABOURIN, entre autres Yvenel DORESCA  sur le thème, " Femme forte, frappe plus fort" en ce grand jour qui leur est si particulier.

La journée du 08 mars communément appelée, journée internationale des droits de la femme a été célébrée d'une façon particulière par les membres du Salon des positifs. À l'intention des femmes, une grande conférence a été donnée. Avec une gerbe de roses rouges artificielles, elles étaient accueillies une fois arrivées au seuil de la porte pour ensuite prendre place. Depuis leur siège, elles pouvaient auditionner des compositions rendant hommage aux femmes en attendant la lancée officielle de l'activité.

Il était 14 heures environ lorsque l'animatrice appela Yvenel DORESCA. Ainsi c'est elle qui a eu le privilège d'ouvrir le bal en faisant l'historicité de la date qui d'après elle est issue de l'histoire des luttes féministes menées sur les continents européen et américain. Le 28 février 1909, une « journée nationale de la femme » est célébrée aux États-Unis à l'appel du Parti socialiste d'Amérique. À la suite d'une proposition de Clara Zetkin en août 1910, l'Internationale socialiste des femmes célèbre le 19 mars 1911 la première « journée internationale des femmes » et revendique le droit de vote des femmes, le droit au travail et la fin des discriminations au travail. Depuis, des rassemblements et manifestations ont lieu tous les ans.» À noter que c'est en 1977 que l'organisation des Nations-Unies officialise la  journée 08 mars et invite tous les pays de la planète à célébrer une journée en faveur des droits des femmes.

Vient le tour de Nachalie FLEURIMON qui, dans son intervention a motivé par un message pré enregistré. Tout juste après, c'était à la féministe Saïda PAULE, de faire savoir combien les femmes sont très souvent respectées dans les entreprises en mentionnant que « dans les entreprises les femmes sont souvent considérées comme des personnes responsables et sont capables de prendre les rênes de celle-ci si on droit lui trouver un dirigeant » elle a poursuivi pour donner cinq critères dont une femme leader droit savoir. D'abord celle-ci doit savoir définir sa réussite professionnelle; développer le leadership féminin; mieux se connaître pour optimiser le profit; développer son contact et enfin, avoir du support qui est entre autres des choses qu'il ne faut pas oublier de son passage.

En plus des fleurs, on servait aussi des amuse-bouches, du vin etc., tout le long de L'activité. Elles ont aussi eu droit à l'extraordinaire slameuse « berge l'épouse des mots » (Bergelore SABOURIN).  Toutefois, n'étant pas à une funérailles,  la journaliste /humoriste était présente et savait bien s'y prendre,  de par son intervention basée sur la communication non verbale comment harmoniser les mots d'avec les gestes mais aussi par son sourire, sa facilité à faire rire et à bien faire passer le message, c'était plus qu'extraordinaire.

Et comme c'était la journée internationale des droits des femmes, celles qui font partie un peu trop tôt n'étaient pour le moins oubliées par le  Dr Monalisa Ferrari, qui a invité l'assemblée à prendre quelques minutes de silence en mémoire des femmes suite aux violences à leurs égards. « Connais-toi toi-même», cette citation de Platon qu'elle a évoqué parce que d'après elle, se connaître permet de savoir ce qu'on est capable de faire. Minouche Sénéphard, auteure de « Vivre pleinement et réussir sûrement » lors de son intervention, a préféré le terme « humaniste » puisqu'elle se dit non pas féministe mais humaniste. La motivatrice poursuit en dénonçant l'hypocrisie qui existe entre les femmes qui fort souvent se dit vouloir être égalitaire aux hommes tandis qu’elles ne se supportent pas mutuellement.

En fin de compte, c'était à Rachel Richard  Maurice, la dernière intervention. L'éducatrice, entrepreneuse a pris le temps de dénoncer certains stéréotypes tels que: la discrétion chez les femmes qui a un très mauvais effet dans les familles, en ce sens, elle pense que ce sont les femmes qui l'on dit et  l'éducation des garçons  est faite ainsi donc le changement doit se faire d'abord dans les familles.

Et pour clôturer en beauté, le CEO Joassaint  Gelin, a présenté les différents membres du Salon avec  la phrase phare de l'activité « Je suis femme, je suis forte, je frappe plus fort».

Read Next

Le plombier, un agent de développement, de santé ou simple Bayakou ?