Back to Posts

Des images de corps sans vie sur les réseaux sociaux, une pratique courante en Haïti.

Auteur: Joame BAPTISNE

Des images de corps sans vie sur les réseaux sociaux, une pratique courante en Haïti.

En Haïti, ce phénomène est à son comble, tout se partage, sans une once d'humanisme. Des corps mutilés, des vidéos choquantes, des corps sans vie criblés de balles, avec parfois un message dans le meilleur des cas avertissant les âmes sensibles de s'y abstenir.

Une image vaut mille mots eût à dire Confucius, cela ne fait aucun doute. Et dans un cadre plus personnel, entre un mélange de flair journalistique et un fameux souci juridique de prouver tout fait avancer, aurais-je le droit de photographier et partager une photo de corps sans vie sur les réseaux sociaux ?

L'intégrité et la dignité humaine peuvent-elles être attaquées même en étant passées de vie à trépas? Que prévoit la législation haïtienne à ce sujet, est-ce une infraction, est-ce un délit ou un crime?

Un professeur de philosophie m'a appris un jour, si on veut s'assurer d'être objectif, restons à l'écart des faits pour une première fois et dans une seconde, imaginons-nous intimement liés à l'action.

Et j'ai vite compris pourquoi la femme de l'ancienne gloire des Lakers, Kobe Bryant, décédé cette année a voulu porter plainte, pour avoir su la mort de son mari via des vidéos et des images de l'incident meurtrier tout en reprochant l'irresponsabilité de l'entreprise à laquelle appartenait l'hélicoptère qui a causé la perte du basketteur parmi d'autres personnes dont sa fille.

Partager l'image d'une personne lâchement assassinée, ou encore violée, délaissée toute nue, humiliée c'est l'assassinée, la violée, l'humiliée une nouvelle fois pour certains mais d'autres persistent à croire que c'est une façon ironiquement loyale de rendre un dernier hommage.

Force est de constater que sur Internet, les images des cadavres deviennent monnaie courante. On constate avec amertume le recours aux réseaux sociaux pour le partage d' images choquantes. Ce comportement frise la dépravation des mœurs et l’apologie des crimes de sang.

De nos jours, les statuts WhatsApp, les murs Facebook, Instagram, etc., ne servent plus qu’à partager nos photos ou vidéos, mais on s’en sert pour diffuser des images des morts, du sang, du crime. Des morts dans une morgue ou dans un cercueil. Des corps entiers, décomposés ou mutilés, des corps sans vie, d'où on peut encore voir des traces de maltraitance et d'agression sexuelle.

Dans des morgues, sur des scènes d'accident, sur un lieu de crime, les gens se précipitent avec leurs téléphones intelligents rien que pour prendre des images qu’ils vont larguer sur les réseaux sociaux. Ces téléphones sont dits « intelligents », alors pourquoi les utiliser avec si peu d’intelligence ?

Récemment, j’ai été scandalisée de voir des jeunes gens demander à un deuil que l’on ouvre le cercueil juste pour qu’ils prennent des photos, ils étaient arrivés en retard ajoutent-ils.

Les images des morts choquent les esprits. Un autre jour, j’étais en train de regarder des publications sur Facebook et tout d’un coup, je vois une personne endormie mais pas comme de coutume. Du coton dans les narines et les pavillons, des mains l’une sur l’autre sur la poitrine. Franchement, c’était horrible. Au-dessus j’ai lu ce message : « Repose en paix. » C’est alors que je me suis rendue compte que c’était un mort.

Quelques jours plus tard, j’ai vu une autre image similaire sur le statut WhatsApp d’une collègue de la faculté, mais c’était dans une morgue. J’ai vu aussi des morts brûlés, victimes d’incendies ou de crashs d’avions, j'en ai vus tellement que j'ai fini par en rêver, et généralement je les vois toujours accidentellement, sans que je m'y attende, laissant toujours des séquelles assez souvent traumatisantes.

Un peu de respect pour les morts, cessons de les assassiner à nouveau en publiant leur image fort souvent déshonorante.

Et si l’on arrêtait de poster des images des morts sur les réseaux sociaux ? Et si l’on cessait de prendre des morts en photos dans nos téléphones ? C’est gênant de voir sur les réseaux sociaux des gens qui dorment pour l’éternité. Sur Internet, en effet, on ne dort pas, on ne se repose pas dans les serveurs des réseaux. On est toujours vivant, toujours actif.

Exposer leurs corps, est-ce une meilleure façon de dire adieux aux proches qui nous ont précédés dans l’au-delà ? Et puis, qui aimerait voir un proche mort dans des conditions atroces, corps ensanglanté, membres mutilés… être diffusé dans le monde de la sorte, faisant l'objet de toutes sortes de commentaires?

Read Next

Au tribunal de l'amour, la jalousie amoureuse en jugement. Bienvenue !