Back to Posts

Cérémonie du bois caïman, à quel dieu Boukman s'est-il adressé ?

Auteure: Salia Édouard

Cérémonie du Bois Caïman, à quel dieu Boukman s'est-il adressé ?

Premier peuple noir indépendant, Haïti n'a pas obtenu ce titre sans la bataille des esclaves.
Ce 14 août 2021 marque le 230e anniversaire de la cérémonie du Bois-Caiman, cette cérémonie qui a réuni un bon nombre d'esclaves fuyant l'esclavage et qui est retenue pionnière de la guerre de l'indépendance.

La colonie de Saint-Domingue est reconnue la plus grande de son époque. Le premier producteur de café et la plus prospère des Antilles  ne saurait atteindre ce point sans le travail corsé des esclaves. Néanmoins, ces puissantes mains qui ont soutenu l'économie des blancs étaient considérées comme des choses. Les blancs/les maitres qu'ils servaient ont poussé trop loin le bouchon de la cruauté, ils les utilisaient comme bon leur semble. En plus de tout ça, ils n'étaient pas nourris comme les autres, ils ne jouissaient d'aucun droit,... Une situation qui les a conscientisés et a entrainé l'émergence de plusieurs leaders d'entre eux comme Biassou, Boukman et bien d'autres. Ces esclaves qui étaient considérés comme des moins que rien ont pu saisir des notions que plusieurs n'ont pas pu saisir, le fait de reconnaitre ce qui est nécessaire, la liberté. Plus loin des beaux discours, des belles déclarations, ils ont poussé le voile pour jeter l'ancre sous les arbres de l'habitation Lenormand de Mézy dans le nord de la dite colonie dans la nuit du quatorze aout, question de fuir l'esclavage, cet état qui selon eux, les déshumanise.

Dans la clandestinité, pendant la nuit, autour du feu, la cérémonie a été présidée par la prêtesse Cécile, celle qui selon l'histoire a égorgé le porc et Boukman qui bien avant a adressé cette prière:

« Le dieu qui a créé la terre, qui a créé le soleil qui nous donne la lumière.
Le dieu qui détient les océans, qui assure le rugissement du tonnerre.
Dieu qui a des oreilles pour entendre : toi qui es caché dans les nuages, qui nous montre d’où nous sommes, tu vois que le blanc nous a fait souffrir.
Le Dieu de l’homme blanc lui demande de commettre des crimes.
Mais le Dieu à l’intérieur de nous veut que nous fassions le bien.
Notre dieu, qui est si bon, si juste, nous ordonne de nous venger de nos torts.
C’est lui qui dirigera nos armes et nous apportera la victoire.
C’est lui qui va nous aider.
Nous devrions tous rejeter l’image du dieu de l’homme blanc qui est si impitoyable.
Écoutez la voix de la liberté qui chante dans tous nos cœurs »

Une prière qui fait l'objet de débat de plus d'un. Pour les adeptes du vaudou, Boukman en tant que houngan, s'était adressé aux loas. Les esclaves, fraichement venus de l'Afrique particulièrement de Bénin, bastion du vaudou ne connaissaient pas Dieu mais les loas, avance le journaliste Semilien Louisius. Ils se sont adressés plutôt à leur dieu tandis que ceux qui croient en Christ disent que Boukman a prié Dieu. Qui a créé le ciel, Dieu ou les loas? Qui saurait donner de  la lumière sinon la lumière elle -même car Jésus- Christ s'est révélé la lumière du monde dans Jean 8v12, se demande un membre d'une assemblée de la capitale. Plus loin, il soutient que le prêtre a plutôt écrit un psaume. La Bible révèle que le Dieu dont parle Boukman est le véritable.

En tout cas, à qui Boukman s'était-il adressé réellement?

D'une part, un jeune voulant garder l'anonymat se demande à quoi bon de savoir, qui le prêtre a prié ce jour puisqu'ils ont déjà triomphé des blancs.

D'autre part, avoir la connaissance de qui il a prié est crucial pour ce jeune étudiant car peut-être devrait-on s'adresser encore à lui pour tirer le pays du bourbier dans lequel il se trouve aujourd'hui.

Des esclaves qui n'ont pas eu la chance d'aller à l'école, de décrocher un diplôme, ont pu percer ce que Périclès a percé: " Il n’est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage". Ils ont bravé le danger, un effort qui n'est pas resté sans payer parce que, une semaine après, soit le 22 août, ils ont assassiné environ un millier de blancs, ils ont mis le feu dans 161 sucreries et 1200 caféières environ. Est-ce une leçon qu'ils ont voulu nous laisser alors qu'aujourd'hui le pays  est bondé de gens diplômés? Et s'ils avaient eu eux aussi cette chance?

Devrait-on encore adresser une prière ou doit-on marcher dans cette phrase :" Écoutez la voix de la liberté qui chante dans tous nos cœurs »?

Read Next

Le système éducatif haïtien n'est pas de mise et fait quotidiennement face à une panoplie de problèmes